Blog d'un enthousiaste du logiciel libre, utilisateur de GNU/Linux et auto-hébergeant ses services Internet.

Présentation du projet Openmoko ainsi que des Neo 1973 et Neo FreeRuner

Devant le constat, fait en 2006, que le monde de la téléphonie était l'un des plus fermé, qu'il n'existait aucun terminal GSM mobile vraiment « libre », un groupe de Hackers rattachés à l'entreprise Taïwanaise FIC (First International Computer) décidèrent donc de créer le premier téléphone mobile entièrement « libre », ou du moins, le plus que possible. L'annonce du projet, nommé « Openmoko », fut donc publique cette même année. Le projet se démarque aussi par la volonté de mettre à disposition les schémas du matériel composant leur produit.

Openmoko - Neo 1973

Environ un an plus tard, le développement du premier prototype de téléphone libre, nommé « Neo 1973[1] » (et ayant pour nom de code GTA01) démarra. Devant la complexité de la tâche et des résultats peu concluants après plusieurs mois de développement intensif, le projet va momentanément s'essouffler. Momentanément, car FIC ne vas pas hésiter à injecter un peu d'argent dans le projet et va transformer « Openmoko » en filiale (de FIC), pour le re-dynamiser. Plusieurs version du Neo 1973 virent le jour, destinées aux Hackers du projet. Le système d'exploitation (aussi nommé « Openmoko ») équipant les prototypes ayant été conçu avant les prototypes eux-même, il était très mal adapté à l'appareil, lent et pas très fonctionnel.

Mi-2007, le Neo 1973 fut commercialisé en quantité limité, en tant que prototype plus ou moins abouti. Le système équipant le Neo fut alors repensé et une nouvelle version (2007.2) vit le jour, plus utilisable, plus fonctionnelle, plus jolie.

En 2008, Openmoko devint indépendante (sous le nom d'« Openmoko, inc »).

Le nom Openmoko fait donc référence à plusieurs chose. C'est à la fois le nom de la société, de la communauté gravitant autour des produits de cette société et des produits eux-même (appareils et logiciels).

Openmoko - Neo FreeRunner

Après le Neo 1973, l'entreprise Openmoko se concentra sur la création d'un autre téléphone libre, plus abouti et plus apte à être utilisé au quotidien. Il fut nommé « Neo FreeRunner », nom de code GTA02. La création d'un nouveau téléphone demandant beaucoup de travail, il ne fut prêt à la vente que mi 2008. Beaucoup de bugs furent corrigés par rapport au Neo 1973 et de nouvelles fonctionnalités virent le jour. De plus, le système (« Openmoko ») équipant les téléphones fut considérablement amlioré. Le Neo FreeRunner est à ce jour le dernier téléphone développé par Openmoko (et le plus abouti).

Les distributions logicielles se développèrent également. Aujourd'hui, le Neo FreeRunner supporte de nombreuses distributions, toutes basées sur GNU/Linux. On peut par exemple citer :

  • Debian
  • OpenWRT
  • Android
  • Gentoo
  • SHR

Notes

[1] C'est l'année de la première communication sur téléphone mobile qui a donné son nom à ce téléphone (Neo 1973). Neo signifie nouveau. La révolution apportée par un téléphone mobile libre sera comme un nouveau 1973.

Quelques corrections matérielles ont été ajoutées au fil du temps sur le Neo FreeRuner pour le rendre pleinement utilisable. Ses caractéristiques matérielles complètes sont les suivantes :

  • Atheros 802.11 b/g WiFi
  • Samsung S3C2442 B54 SoC @ 400Mhz
  • SMedia Glamo3362 Accélérateur Graphique
  • 2x ST 3D Accéléromètres
  • 256MB Flash
  • 128MB SDRAM
  • 2MB NOR Flash
  • 1200mAh Battery
  • 2 LEDs éclairant les deux bouttons.
  • u-blox/Atmel ATR0635 GPS
  • Bluetooth
  • 850/1800/1900 Mhz or 900/1800/1900 Mhz pour GSM/GPRS
  • USB (fonction hôte avec alimentation)

Le téléphone est utilisable en n'exécutant uniquement du logiciel libre, mais la puce GSM nécessite un firmware interne non-libre. De plus, les schémas de la puce GSM et de la puce d'accélération graphique ne sont pas disponibles au grand public.

Le Neo FreeRunner a plus ou moins atteint son but : le téléphone est quasi-entièrement libre (autant du point de vue logiciel que matériel) et l'utilisation de certaines distributions, comme Android, le rend utilisable comme téléphone de tous les jours, tout en gardant un grand potentiel de bidouillabilité, ce qui en ravira certains. Toutefois, certains points noirs demeurent, comme l'autonomie du téléphone ou sa réactivité.

Actuellement, la communauté reste active autour du projet, de nouvelles distributions voient le jour, d'autres font de plus en plus de progrès pour rendre les téléphones d'Openmoko utilisables au mieux. Fin 2009, la société a produit le WikiReader, petit appareil permettant de consulter Wikipedia hors-ligne.

openmoko-fr.borders.png

Une communauté francophone des utilisateurs d'Openmoko existe et reste relativement active. Visitez son site web : http://www.openmoko-fr.org.

Bien qu'Openmoko ne fabrique plus de Neo FreeRunner, des stocks existent et le téléphone est ainsi encore disponible à la vente chez divers revendeurs, comme l'allemand Pulster, le français Hackable-Devices ou encore le néerlandais OpenMobile. Son prix tourne autour de 250€.

Toutefois, on peut en trouver d'occasion pour moins cher, par exemple sur le forum de la communauté francophone des utilisateurs d'Openmoko : http://www.openmoko-fr.org/forum.

Je possède un Neo FreeRunner, qui fonctionne très bien en tant que téléphone de tous les jours. J'ai des ennuis avec le GPS (j'ai cassé l'antenne) et le vibreur (problème électronique). Le reste marche très bien. L'autonomie du téléphone est d'environ un jour à pleine utilisation et peut-être deux en veille. (Mais je n'exclus pas que ma batterie ait perdue de son autonomie, étant donné que j'ai acheté mon FreeRunner n'occasion).

Android est agréable à l'utilisation (même si le tout est un peu lent) et pour la bidouille, je préfère Hackable:1 ou SHR.

Commentaires

Par : interlining — Date : 26/10/2013 (10:21)

Therefore, if you are planning to expand your business, keep the risks and complications associated with it in mind and start your search for a suitable fulfillment company offering relevant services based on the nature of goods you manufacture.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :
Adresse email :
Site web (facultatif) :
Commentaire :

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://blog.paulk.fr/trackback/28

Fil des commentaires de ce billet

Propulsé par Dotclear — Thème « PaulK »